Tototomas - Jau Jau

par arbobo | imprimer | 31mar 2015

On attend quantité de musiques des pays d’Amérique Latine, des plus traditionnelles aux plus modernes, mais la pop et le folk en font rarement partie. On entend peu parler de groupes d’Amérique du sud. C’est encore plus vrai pour ceux qui ne flirtent pas avec l’électro ou le rap, autrement dit pas en phase avec le clubbing européen, comme ont pu l’être le baile funk ou la cumbia nueva.
Dans la grande richesse pop et rock du continent, un groupe argentin creuse peu à peu son trou. Tototomas, on dirait un nom de pokemon, leur musique est aussi fraiche et marrante que le nom. Et surtout, c’est de la belle ouvrage.

Jau Jau, leur troisième disque en trois ans, est une réussite joyeuse et une vraie pochette-surprise. On est mis à contribution dès le début de l’album, par le shunt abrupt du premier morceau, en plein refrain. Les surprises continuent, avec un mélange mambo/cha-cha soutenu par une trompette aussi bien bouchée que leurs compositeurs ne le sont pas.

Dans la pop mondialisée, on chante souvent en anglais, en France, en Espagne, au Costa Rica (Las Robertas)… Et il y a les artistes qui écrivent dans leur langue maternelle. S’il y a une surprise avec Tototomas, en dehors de l’issue toujours incertaine des morceaux, c’est celle de la langue. Ils puisent dans beaucoup de marmites, anglo-saxonnes comme latines, on s’attendrait du coup à les voir choisir la lingua franca musicale, l’anglais. C’est d’ailleurs un choix trompeur, car du coup on identifie bien un accent, une langue, qui soulignent la partie hispano-lusitanienne de leur répertoire. Alors qu’à bien les écouter, la partie rock et pop est loin d’être minoritaire.

Un album précédent de Tototomas était intituléMultifacético. C’est presque un pléonasme, pour qui a écouté plus de deux de leurs titres. Multifacette, c’est justement la réflexion qu’on s’était faite avant de consulter l’étiquette, à vrai dire. Il y a à boire et à manger dans cette auberge argentine. Un appétit d’ogre anime ce collectif réuni autour de Tomas Agustin Casado et de ses compositions. On avait rarement vu un tel bordel organisé depuis la découverte sur scène de Deerhoof, les élucubrations des Acid Mothers Temple, ou encore le déluge de vitamines de Los Campesinos. Autrement dit, des artistes franchement différents dont les points communs sont l’énergie débordante et la capacité à surprendre. Les seuls auxquels on pourrait véritablement les comparer, sont leurs compatriotes Puerta Facil, dont le premier album marche sur les brisées de Tototomas. De nord en sud, on peut hasarder que Tototomas est complètement “américain”.

Tototomas, c’est une invitation au voyage. Une pincée de guitare classique espagnole et de phrasé flamenco. Une dose de rythmes latino caribéens, mambo par exemple. Un soupçon de bossa nova brésilienne, sur le merveilleux Gan gan guen gon. De la folk latino à la Calexico. De la pop (Fugaz). Sur Di que te encanta, le mélange prend si parfaitement qu’on ne sait plus en isoler les ingrédients. Il va être difficile de résister à celui-ci, ne vous inquiétez pas si votre voisin de bureau entame une danse de Saint-Gui dès les premières mesures.

Tototomas joue sur les contrastes. Casado les accentue à l’extrême, d’un morceau à l’autre et parfois dans une même chanson. Dans Desde el borde, la voix débute seule avec un banjo tout doux et tout folk, avant que les chœurs s’en mêlent et que guitares et batterie ne l’emmènent vers une marche rock à la limite de la démonstration de force.

C’est peut-être le plus important chez Tototomas, ce sens des nuances et cette capacité à occuper l’espace sonore dans tous ses recoins. Le côté Lonely planet de leur répertoire, si séduisant quand on est attaché à des valeurs cosmopolites, en laissera d’autres indifférents. Mais ces mélodies, ces choeurs enveloppants, la justesse des arrangements, voilà qui mettra les premiers d’accord avec les seconds.



Comments

Name

Email

Site web

Commenter

XHTML: Balises possibles: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


Subscribe

Tags

Archives

Par Date

Par categorie