Stanley Brinks au sommet avec “Hoots”

par arbobo | imprimer | 23fév 2010

Un titre va vous accompagner toute l’année. Pas un de ces tubes et quasi-tubes dont je vous rebat les oreilles depuis des semaines. Pas un truc pour gigoter et faire frotti-frotta.

Un de ces beaux titres qui vous ont fait aimer Chet Baker et adorer le film Round midnight, et les mélos que vous regardez en cachette parce que ça fait pas assez snob;-)


One Goodbye

Laissons les commodités, vous aurez du mal à classer ce disque autrement que par ordre alphabétique, encore que même là l’ainé des Herman Düne ne vous facilite pas la tâche. C’est du jazz, d’accord. Comment ça, pas d’accord?! Bon, vous pouvez jeter ce bijou dans le bac “songwriter”, ce qui vous évitera de choisir entre blues et chansons à l’ancienne.

Plus André avance dans sa carrière solo, désormais installé à Berlin, plus il s’éloigne de l’anti-folk et freak-pop auxquelles il donna ses lettres de noblesse en compagnie de ses amis les Wave pictures notamment. Sur Cooks c’était encore ce qui ressortait le plus de l’album. Mais déjà sur l’album Bit, un titre comme do it for me, son saxo, son côté blues, le mettaient sur la voie qu’il emprunte maintenant. Quasiment tout l’album d’ailleurs, bel album de transition, de work in progress, mais il souffrait de ses conditions sommaires d’enregistrement et d’une production très relative.
Grandeur et inconvénients de la démarche de Stanley Brinks, qui pond des centaines de morceaux en dehors d’un vrai circuit économique. On peut tout de même se les procurer chez B.Y records. Des disques nombreux, autoproduits au point qu’on s’emmêle un peu lorsqu’il s’agit de déterminer lequel serait son “premier album solo” (et on s’en cogne). Disons seulement que de cette discographie fleuve Hoots est actuellement mon préféré, le plus touchant.

Comment vous écrivez “beau”, déjà? Avec du orange, pardi, avec du orange bien entendu. En noir sur orange.
Pour les lettres, vous pouvez choisir de quoi composer “One goodbye”.

Une fois que vous aurez savouré ce morceau, délicatement ceint dans son bel écrin de sons (10 titres au total), vous reviendrez. Vous nous engueulerez. Vous direz que c’est pas juste, si l’article avait été plus long, vous auriez été mieux préparé à la beauté de ce qui vous attendait. Tandis que là, bah, après tout c’est juste un album de plus de ce mec qui en pond des centaines, et cette pochette faite en 42 secondes inspire moyennement confiance.
Mais je vous préviens, je vous préviens.

Je vous préviens que vous y reviendrez. Et que vous reviendrez. Parce que vous ne pourrez pas vous empêcher de vous dire qu’un site qui vous recommande un pareil disque a d’autres pépites en stock. Si seulement… car on n’en fait pas si souvent, des disques de ce calibre. Sauf lorsqu’on s’appelle Stanley Brinks et qu’on en sort au moins deux par an ^^

Hoots est paru le 1er janvier 2010



Comments

15 Commentaires


  1. 1 sensi on février 23, 2010 21:20

    total in love du titre :)
    et du reste de l’album aussi.
    f*ck tu avais raison.

  2. 2 Mmarsupilami on février 23, 2010 22:28

    C’est superbe…
    Mais je ne ressens pas la rupture avec la dimension messianique de sa carrière.
    Juste une pure continuité…
    Mais qu’importe : superbe suffit!

  3. 3 arbobo on février 23, 2010 22:37

    rupture je ne pense pas, mais je trouve que ce blues, entendu au sens “jazz”, on ne l’entendait pas du temps où il était encore dans herman dune je trouve, et pas forcément sur ses premiers solo, mais depuis quelque temps il avait bien préparé le terrain oui :-)

  4. 4 arbobo on février 23, 2010 22:37

    et merci sensi ^^

  5. 5 sensi on février 24, 2010 10:49

    Au fait, tu as vu que Scott-Heron était au new morning en mai ?
    Après meilleur album 2010, meilleur concert 2010 ? :p

  6. 6 arbobo on février 24, 2010 11:04

    on verra, déjà faut qu’il rate pas son avion ;-)

  7. 7 yard on février 24, 2010 12:12

    Pour ma part, dans une veine un peu diffèrente, je préfère l’album précédent, “SB horns in” (sur “SB hoots”, “three years” est aussi excellent). Un authentique chef-d’oeuvre ! Ecoutez des morceaux commme “forget about the world outside”, “midnight expresso”, “all the fruits” ou “you’re only kidding yourself” me remplit de bonheur.

  8. 8 arbobo on février 24, 2010 12:48

    oui Yard, le “horn in” est très beau aussi,
    et consacrait le passage de SB au sax comme quasi instrument principal.

    beau disque mais plus “typé” à mes yeux, ce qui me bluffe dans Hoots, c’est qu’il se tient à égale distance du blues, du jazz, et du songwriting de ses origines.
    Et puis ses morceaux ont une puissance cinématographique certaine :-)

    en tout cas la disco de SB est suffisamment vaste pour que les préférences des uns et des autres varient :-D

  9. 9 Ska on février 24, 2010 15:39

    Très beau titre en écoute, en effet…
    Ça donne envie d’écouter le reste…

  10. 10 Benjamin F on février 25, 2010 10:45

    Bon bah pas mieux que les autres, je vais chopper le disque

  11. 11 arbobo on février 25, 2010 10:52

    voilà un succès franc et mérité :-)

  12. 12 Sylvain on février 25, 2010 14:40

    C’est très bon… je viens d’écouter ça sur fond de pluie, alors que ma fille fait (enfin) sa sieste… Merssebeuque!

  13. 13 arbobo on février 25, 2010 19:25

    andré chante pour les bébés, on tient un titre pour son prochain album :-)

  14. 14 Thierry on mars 7, 2010 10:02

    One Goodbye est en effet fantastique.
    Je suis par contre beaucoup plus mitigé sur l’album dans son intégralité, peut-être un peu trop monochrome. J’ai un peu l’impression d’entendre un peu toujours la (presque) même chanson.
    Je n’en suis qu’à deux écoutes, j’en lancerai une 3ème prochainement.

  15. 15 Christophe on mars 30, 2010 17:22

    J’y suis revenu déjà 4 fois à cet album. C’est vrai qu’il a un côté monochrome, mais je ne sais pas pourquoi il a réussi à me toucher à ce point là. C’est un genre (le folk new generation) qui me laisse de marbre pour 98% de la production. mais là, cette clarinette (ou sax soprano ?), cette voix border line, ce lo-fi unplugged pesant et léger à la fois, brefle : j’ai accroché.

    dans mon Top 2 des sorties de l’année pour le moment.

Name

Email

Site web

Commenter

XHTML: Balises possibles: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


Subscribe

Tags

Archives

Par Date

Par categorie