Related

  • No related posts found.
The Author
Topic: arbobo
Tags: ,

L’envers du décor : comment on écrit une chronique de disque?

par arbobo | imprimer | 20sept 2009

Si vous êtes curieux de connaître l’envers du décor, comment certains blogueurs et blogueuses préparent leurs critiques de disques, ces quelques liens devraient vous intéresser.

La serial blogueuse Eddie a contacté plusieurs d’entre nous, pour faire un comparatif de nos méthodes de travail (si méthode il y a). Outre votre serviteur, Julien, Benjamin et Jean-Sébastien se sont prêtés à l’exercice.
De leur côté, Cécile s’est aussi posée la question, de même que randomsongs.

Logiquement j’ai trouvé ça très intéressant, mais cette lecture ne séduira pas ceux qui n’ont que faire des coulisses de leurs lectures :-)



Comments

30 Commentaires


  1. 1 rififi on septembre 20, 2009 13:10

    HaHa ;o)

  2. 2 arbobo on septembre 20, 2009 13:36

    private joke mais en effet ça tombe pile ^^

  3. 3 Guic' the old on septembre 21, 2009 12:02

    “Ecrire une chronique négative d’un disque n’apporte rien”…

    Là, déjà, j’ai hésité à arreter.

    Puis… “Je ne me suis pas privé d’attaquer “High School musical 2″

    Ok, critique négative, non, fusillade sur ambulance (que dis-je, c’est une ambulance, c’est un corbillard!) oui.

    Désolé, mais j’ai du mal à suivre des articles écrits par des schizophrènes. :-)

  4. 4 arbobo on septembre 21, 2009 12:14

    je me peux pas m’avancer pour les autres, guic,
    pour ma part ça m’arrive mais rarement, en général c’est dans un cadre spécifique, le bowie tour par exemple,
    une fois que je me suis “engagé” à chroniqué le disque dont j’hérite, s’il est mauvais je le descend, logique.
    Mais dans l’ensemble j’ai déjà trop de disques à écouter et trop peu de temps pour écrire pour me lancer dans des descentes en flamme.

    c’est plus la question du temps qui l’emporte, dans mon cas.
    mais aussi le souci de mettre en avant, ma logique étant celle du coup de coeur à faire partager, si je me mets à mettre des critiques négatives je brouille le signal.
    en revanche un argument avancé par les autres est pertinent : quand un gros truc bénéficie d’une promo massive, c’est pas mal de rompre l’unanimité et faire entendre que, le dernier Muse par exemple, a barbé même un fan averti comme toi.

    et puis guic’, plus schizo, on doit aussi avouer qu’étant tous “à notre compte”, on peut se permettre des écarts par rapport à nos principes, l’exception confirme la règle ^^

  5. 5 Anna on septembre 21, 2009 12:16

    Intéressant. Je ne me serais pas posé la question spontanément, mais je suis contente d’avoir des éléments de réponse. :-)

  6. 6 Guic' the old on septembre 21, 2009 14:19

    Chroniquer un disque pour en dire du mal, je trouve que c’est une perte de temps et d’énergie.

    La voilà la phrase précise.

    Or, je suis loin d’être d’accord. Certes il faut faire un choix, c’est pourquoi je m’abstiens en général moi - même de tirer sur des ambulances (cas exceptionnel: des fois je sais pas que tout le monde considère tel ou tel truc comme en étant déjà une, par ex Queen, la première fois que je me suis amusé sur eux, si j’ose dire). En fait, une chronique négative, elle aussi, se mérite: buzz dantesque, succès disproportionné sont par exemple des raisons de se “payer” un artiste. (Ou emballement surprenant d’une branche de snobs, ou de la presse “officielle” alors qu’il n’y a pas lieu d’être emballé (le dernier Springsteen))
    Et dans l’absolu, si la critique se doit de donner envie de découvrir tel ou tel artiste, la critique négative est elle aussi utile, dans le sens “mise en garde”. (Muse, justement, tiens.)

    Bien entendu que souvent, dans une critique négative, on tire à vue, mais bon, l’occasion d’une critique négative justifiée et intéressante est si peu souvent là qu’on ne saurait s’en priver…

    Enfin bref. Je considère que non, une critique négative n’est pas une perte de temps dans l’absolu.
    Mais sur High School Musical 2, si, par exemple.

    D’où mon étonnement tout autant que ma gène face à ce texte.

  7. 7 Guic' the old on septembre 21, 2009 14:19

    Et merde, j’ai oublié de fermer la balise… merde.

  8. 8 arbobo on septembre 21, 2009 15:52

    tout dépend de ton “absolu”, guic :-)

    plus exactement, tout dépend de la latitude que tu as (ou que tu t’accordes) dans la gestion du temps :
    je publie tous les 2 jours en moyenne,
    et de fin août à mi-octobre le calendrier des sorties est démentiel, avec beaucoup de choses que j’ai envie de défendre,
    donc en ce moment je sors un billet… toutes les 36 heures ^^

    en ce moment, si je sors un truc “contre”, vu que pour le faire honnêtement ça me demandera autant de temps que pour un autre disque (3-4h, en comptant 5 écoutes minimum ,et recherche d’infos, + réécriture), je le ferais au détriment d’un artiste ou d’un billet que j’ai envie de sortir.
    A d’autres moments, on a moins d’avance ou moins d’actu, et là se discute.

    Secundo, si Muse des millions d’un album de merde, je me dis so what? qu’est-ce que ça peut bien me faire?

    Tertio, avec arbobo.fr ou un autre music blog, on n’a pas le même impact dans un sens ou dans l’autre. Le pouvoir prescripteur qu’on peut avoir est relatif mais réel, une fois que des lecteurs se trouvent un peu en phase avec tes goûts, et qu’ils sont désireux de faire des découvertes hors des sentiers battus, lis sont susceptibles d’acheter un Lydia Lunch dont personne d’autre n’a parlé, ou Mostar diving club qui leur était inconnu.
    En revanche, je doute de la capacité des blogs, même en conjuguant nos efforts, à faire échec ou obstacle à la machine de promo qui se déroule pour un U2 ou un Muse. Si l’idée est d’être un contre-pouvoir, c’est se prendre pour ce qu’on n’est pas, je crois.
    Si c’est juste défendre ses goûts, en positif comme en négatif, alors ok, t’es chez toi c’est toi le boss :-)

    enfin, et ça rejoint ce que j’ai déjà dit : si vraiment j’aime pas, 1 ou 2 écoutes me suffisent largement, m’en infliger 3 de plus et 2-3 heures d’écriture par-dessus le marché, j’estime que c’est moi que je pénalise et que je punis ^^

    mais ce n’est que l’explication de mon propre point de vue, de ma pratique, ce n’est pas un jugement de ce que font les autres :-)

  9. 9 Guic' the old on septembre 21, 2009 17:10

    Mais en fait je voulais juste dire que… ben je peux pas être d’accord avec l’article que t’as mis en lien ;-)

    Après, evidement que je ne me sens pas comme un “contre - pouvoir”, mais la critique négative sert aussi d’avertissement, de côté “n’écoutez pas cet album, c’est une merde”, a destination d’un lectorat susceptible de prendre ton avis en compte (apres c’est pas non plus de ma faute si la majorité de mon lectorat perso en avait déjà rien a foutre de Muse avant ;-)…)

    (Bon, après, chacun ses recettes… et les miennes diffèrent pas mal des tiennes, a ce que je vois. Déjà, j’écris mes articles au boulot le plus souvent, dans les périodes de creux. Ensuite, j’écris quand même pas mal au fil de la plume… Et quand il s’agit de parler d’un vieux classique, je le réécoute juste une fois pour me rafraichir la mémoire, mais généralement je m’en souviens bien…

    Mais al plus grosse différence c’est que je ne suis que peu l’actualité, et si j’écris sur une sortie récente c’est que dès la première ou deuxième écoute, je savais déjà ce que j’allais en faire… Voilà, en fait: je passe très peu de temps à écrire parce que tout ça murit pas mal, enfin, en méjorité, et en plus assez vite quand je sais ou je veux en venir, dans mon crane en amont, finalement.)

  10. 10 rififi on septembre 21, 2009 22:56

    je trouve ça plutôt intéressant de voir comment les un-e-s et les autres s’y prennent. Même si ce ne sont que des méthodes forcément personnelles et en aucun cas des recettes.

  11. 11 arbobo on septembre 22, 2009 1:09

    en effet rififi, si peu de recette que pour plusieurs d’entre nous, nous n’aurions pas su comment nous procédons si on ne nous avait pas posé la question :oD

  12. 12 Ska on septembre 22, 2009 16:34

    S’il y a bien un truc que je n’aime pas (écrire), c’est la fameuse “chronique” de disque, ce truc qui fait - à tort parfois - passer le blogueur pour un rock-critic frustré… :-)
    (Euh… D’ailleurs, c’est peut-être pour ça que j’ai du mal à alimenter 7and7is actuellement…)

    Plus sérieusement, j’ai toujours plus envie de lire les articles qui se refusent à singer ce que la presse écrite fait (souvent trop paresseusement d’ailleurs : il n’y a pas pire que les courtes chroniques interchangeables d’une semaine sur l’autre qu’on lit dans les Inrocks).

    J’aime bien quand on me parle des disques autrement que sous la forme traditionnelle de la chronique…

    Quant à la critique négative - dès lors qu’elle est argumentée, qu’elle dit quelque chose de l’artiste, d’une pensée, qu’elle exprime un positionnement par rapport à quelque chose qui met en colère, qui reflète peut-être une vision du monde (mais sans doute est-ce plus patent pour les films) - je suis convaincu de ses vertus…

  13. 13 Thomas on septembre 23, 2009 10:53

    Franchement, et sauf votre respect car je vous lis avec plaisir les uns et les autres, je trouve que ce qui est une perte de temps et d’énergie… c’est ce genre de “comparatif” qui se regarde le nombril sur trois pages (plus ?) sans une once de second degré. Et j’adore le “on n’est pas prétentieux à ce point là” (de faire un guide de la chronique réussi) d’intro… pas prétentieux mais suffisamment mégalos quand même pour croire que la cuisine interne de chacun intéresse les gens, pour croire même que ses chroniques aient suffisamment de valeurs pour mériter un making of. Je suis vraiment étonné que tu aies participé à ça… bon, après je ne suis pas là pour juger (quoique quand on étale avec force détails sa petite cuisinie interne… on y prête le flanc), mais franchement… ça n’a aucun intérêt. Pour exact : c’est intéressant, c’est toujours intéressant de parler de ça entre nous, d’en débattre s’il y a lieu autour d’une bière ou d’un café… faire un article énorme là-dessus, par contre… Je note cependant (tu vois, je te sauve quand même des eaux) que tu es le seul à parler des agences de promo, qui occupent une place de plus en plus importante (c’est un mal, c’est un bien… je n’en sais rien moi-même). Vous auriez pu tant qu’à faire pousser le vice en étant un peu rock’n'roll et en précisant qu’un nombre dément de blogs et de webzine recrachaient bêtement les dossiers de presse, au moins on aurait rigolé, parce que c’est finalement ce qui manque à ce gros papier indigeste pour le rendre cool : un peu d’humour, de dérision et de distance.

  14. 14 arbobo on septembre 23, 2009 11:32

    on parle tous beaucoup de nous sur nos blogs, ne fais pas trop l’innocent ça devient louche ^^

    ce qui me chagrine c’est qu’on vienne ici critiquer ce qui est publié… ailleurs ^^
    autant qu’eddie puisse répondre (se défendre?), non?

    quant-à l’humour, je ne vois pas de quoi tu veux parler, nous on est de journ…. et meeeeeeeeeeeeerde :-/

    pour les blogs qui recrachent, je ne les fréquente pas, donc j’ai aucune idée de leur nombre

  15. 15 Thomas on septembre 23, 2009 12:07

    Sur le blog d’Eddie le premier commentaire dit peu ou prou la même chose que moi ; je ne voyais pas l’intérêt d’en rajouter là-bas, alors qu’ici en revanche je n’ai pas vu un avis similaire au mien. Ceci explique cela, et de toute façon je ne vois pas pourquoi ça te chagrine (ça ne te chagrine pas d’en discuter avec Guic’ et Rififi non ? ^^). Et puis bon… tu l’annonces sur ton site, tu as toi-même largement contribué à l’article en question… tu es partie-prenante il me semble, même si ce n’est pas toi qui as eu l’idée (à ce moment là fallait bloquer les coms :-)

    Maintenant si je n’ai pas éprouvé le besoin de le dire sous l’article, c’est aussi parce que dans l’absolu je m’en foutrais totalement si tu n’étais pas dans le coup (oui, parce que pour moi, Arbobo, c’est pas le premier venu, j’assume ;-). C’eut été quelqu’un d’autre, la vérité est que je ne me serais pas ennuyé à avoir un avis ni même à lire le truc, encore moins à réfléchir pour comprendre l’intérêt de la démarche. Et c’est sur un vibrant Arbobo for ever que je m’arrêterai là ^^

  16. 16 Thomas on septembre 23, 2009 12:10

    Ah et pour ce qui est de parler de nous… bien sûr, tu as raison (moi le premier). Ce n’est pas cela que j’épingle, dans l’absolu.

  17. 17 arbobo on septembre 23, 2009 12:17

    uh uh blush hour ^^

    en même temps, la vanité elle est là dès le début, dans notre démarche de blogueurs, le plus souvent (en ce qui me concerne en tout cas), là elle devient juste un peu plus difficile à nier, ce qui n’est pas pour me déplaire ;-)

  18. 18 Ska on septembre 23, 2009 12:24

    Hmmm… Je me suis tu pour ne pas froisser, mais, comment dire, je suis assez d’accord avec Thomas…
    (et ça ne concerne pas que les blogueurs, il en serait de même si un journaliste professionnel se mettait à m’expliquer comment il rédige ses textes : je n’ai aucune envie de savoir comment les uns et les autres travaillent, j’ai juste envie d’avoir du plaisir à lire des textes, à être stimulé, amusé, surpris… pour cela, évidemment, je me sens bien par ici…)

  19. 19 arbobo on septembre 23, 2009 12:45

    justement ska,
    les journalistes ils ont une formation, puis sont dans une rédaction, avec un chef de rubrique, un rédac chef, ils n’ont pas besoin de faire des articles pour savoir comment les autres font ^^

    pour le reste, mon billet était assorti d’une double mise en garde, vous êtes allés lire en connaissance de cause un truc qui ne vous intéressait même pas ^^
    vous me faites trop d’honneur les amis :oD

  20. 20 arbobo on septembre 23, 2009 12:48

    mais sur le fond vous avez d’accord, c’est bien pour les principaux intéressés, pour les autres bof.

    en même temps 1 billet nombriliste en 3 ans 1/2 et 600 notes, ça fait beaucoup ;-)

    allez plutôt écouter le clip de girls ou le coming soon, qu’on parle de musique!

  21. 21 Ska on septembre 23, 2009 12:54

    Bon, ceci dit, justement, je n’ai pas tout lu, parce que je ne connaissais pas les autres blogs… Juste en diagonale et surtout tes propos…

    Sinon, j’ai écouté le Coming Soon (pour une fois que je connais un truc dont tu parles). Mais pas encore assez pour en parler. A la première écoute ça ne m’a pas vraiment emballé…

  22. 22 Thomas on septembre 23, 2009 13:39

    Oui bien sûr, je crois qu’on est tous d’accord dans le fond.

    Mais vanité et ego, je ne trouve pas ça tout à fait identique. Bien sûr les blogs sont une énorme démonstration d’ego, tout tourne autour de l’auteur du blog, évidemment (et je suis le premier à m’en amuser et à écrire régulièrement des articles de pseudo-autocélébration… c’est bien pourquoi je regrettais plus haut l’absence de second degré ^^). Pour autant l’ego n’induit pas nécessairement la prétention ni rien de ce genre, tu es bien placé pour le savoir, toi qui fais si souvent preuve d’une rare humilité (rare… pour un blogueur ;-).

    Dans le fond ce qui me pose problème dans ce “comment faire une chronique de disque ?” (il est possible que le titre soit le plus problématique de tout, en fait), c’est qu’il répond à une question que personne n’a posée (sinon ceux qui y répondent). En trois ans et demi, 1300 articles, plus de 10 000 commentaires… jamais quiconque ne m’a posé cette question - et c’est bien normal : nous vivons dans une époque où la critique est si dévalorisée que la plupart des gens pensent que c’est quelque chose de très facile, donné à tout le monde. Or j’ai la sensation qu’au lieu d’infirmer cette idée, cet article la confirme, puisqu’on n’y voit finalement que quelques types lus par quelques personnes expliquant très sérieusement leur mode de “travail”… comme le dit Ska, ce ne serait déjà pas très intéressant si c’étaient des pros. En fait, ce serait pire, si un article comme ça paraissait dans les Inrocks tout le monde cracherait à la gueule du magazine.

    Pourtant je te rejoins très bien sur l’idée de “mini-contre-pouvoir”, de “mini-pouvoir prescipteur”… mais justement, le meilleur moyen de s’imposer comme un contre-pouvoir même relatif est-il de tomber des “travers” (entre guillemets tout de même) qu’on ne passerait pas deux minutes à la critique dite “officielle” ? Je n’en suis pas convaincu, mais c’est ouvert au débat :-)

  23. 23 arbobo on septembre 23, 2009 14:10

    là on passe à “à quoi servent les blogs critique” ^^

    je te remercie de ne pas avoir posé la question, je vais pouvoir y répondre :-)

  24. 24 Ska on septembre 23, 2009 14:51

    Juste un truc…
    Encore…

    Justement, ce ne sont pas forcément les “critiques” de type standard que j’ai le plus envie de lire sur un blog musical… Idem sur un blog cinéma (où, là, c’est pire, parce que les gens se sentent beaucoup plus facilement critique de cinéma que critique musical)… C’est quand un blog apporte de nouveaux type d’écriture, des entrées différentes, parallèles, qu’il utilise les ressources vidéos, sonores ou iconographiques qu’Internet met à notre portée, c’est souvent là, donc, qu’il m’intéresse le plus… Quand il génère une écriture, une approche dont on ne trouve pas l’équivalent dans les Inrocks & Folk et consorts.
    Et c’est justement très bien que l’égo s’y déploie - si cela est fait avec talent - car cela est moins toléré dans la presse traditionnelle (il y a des exceptions bien entendu).

    Parce que souvent, ben oui, les chroniques de disques me tombent des yeux. Surtout si elles ne dépassent pas un feuillet (cf les notules des Inrocks chaque semaine)…

  25. 25 Thomas on septembre 23, 2009 14:57

    Tout à fait d’accord avec Ska. Et pourtant j’écris beaucoup de critiques “traditionnelles”. Mais j’essaie toujours au maximum d’exploiter les possibilités (de ton et de forme, notamment) qu’offrent le Net. Je me dis d’ailleurs souvent que je me ferais royalement chier si je bossais pour un magazine…

  26. 26 Guic' the old on septembre 23, 2009 17:08

    A noter que cet article, aussi, a sur moi un effet… assez déprimant. Il me donne l’impression désagréable qu’on ne peut critiquer un disque de façon “fun”. Sont trop sérieux ces gens là…
    Sauf ta partie, bizarrement, ou tu admets une part ce freestyle ;-)

  27. 27 Thomas on septembre 23, 2009 21:36

    Nan mais le bon côté de cette discussion… c’est qu’elle m’a inspiré plein de trucs très marrant qui me donneront matière à un article.

    Sinon Guic’, après il ne faut pas formaliser. Regarde Ben, en dépit du côté très réfléchi de sa méthode de travail… il écrit parfois des articles super drôles et funs. Le sérieux n’a jamais empêché le fun, si j’ose dire, après c’est chacun sa cuisine (et on en revient encore et toujours à l’intérêt d’évoquer sa cuisine…).

    En réalité ce qui me gène dans cet article, je crois, dans le fond… c’est son côté “égoïste”. De l’extérieur, je ne comprends pas quel est le but poursuivi, à part celui d’un échange entre amis (ce qui est respectable mais - justement - égoïste), puisque trop peu de gens sont impliqués pour que ce soit représentatif de quoique ce soit. L’article est quand même introduit avec une histoire de réponse à une question , dès lors s’insère dans ce qui était (je n’en doute pas) une simple curiosité de collègue à collègue une idée de verticalité qui ne peut que poser question. Bref. Je reviendrai là-dessus plus longuement (sur écrire une chronique, pas sur l’article d’Eddie, malheureuse qui n’en demande pas tant ^^)

  28. 28 Christophe on septembre 24, 2009 10:50

    Bon, je suis davantage du côté des grincheux, je ne rajouterai rien là dessus.

    Commenter sur le billet de départ ? euh… j’les connais pas ces gens, et je vais encore passer pour le troll de service, donc trop risqué.

    Mais puisque je tiens deux rédacteurs du mur du son ici sur ce sujet, sachez que, comme pour Xsilence, vos chroniques sur DLMDS ne m’apportent pas grand chose, pas assez. D’ailleurs, j’utilise Xsilence davantage comme une base de données que comme un blog de découvertes, c’est pour dire (et DLMDS deviendra sûrement ça).

    Ce qui m’attire sur un disque ou un style qui aura été “chroniqué” sur un blog, c’est :

    - de lire que plusieurs blogueurs ont des avis dessus. je coupe, je recroise, je relativise, ça me construit des perspectives qui m’informent parfois plus que de lire les chroniques elles-mêmes (par exemple je regarde qui a donné 3 ou 9 à tel album dans le CDB, et déjà ça positionne)

    - de lire des “chroniques” qui diffèrent de la simple resucée des dossiers de presse : une approche transversale, une itw, de l’humoiur, de la comparaison avec d’autres trucs, etc.

    - de lire les commentaires, et notamment les commentaires argumentés. Vous me connaissez suffisamment pour subir parfois mes logorrhées sur tel ou tel (en un très long com’, en plein de petits partout, etc.) en marge de vos billets. Si je ne lis pas beaucoup de commentateurs aussi bourrins que moi, je tire toutefois des tas de petites phrases et impressions des comms de plein de personnes davantage que ce que le billet peut m’apporter à l’origine. Par exemple, dans toute discussion très longue, je m’arrête systématiquement sur les commentaires de Ska, rares mais d’une pertinence très grande pour moi (sensibilité, regard de cinéphile, goûts tranchés mais complexes…)

    - et justement, cela m’amène au dernier intérêt pour certains billets plus que pour d’autres : les billets qui me touchent le plus sont ceux qui ont une approche suffisamment critique pour que
    1° on ait envie de répondre
    : ce qui veut dire que le billetiste a donné de l’envie mais aussi les moyens pour se documenter, avec du son et des liens pertinents
    2° on ait la possibilité d’apporter quelque chose (le côté 2.0 de la chose) : là, le billetiste a ouvert suffisamment son billet (et l’esprit de son blog) pour inviter à la contribution et à la réflexion collective. Pourquoi Thom ou GT ont-ils un tel succès alors qu’ils sont très négatifs souvent ? Parce qu’ils laissent la question ouverte, parce qu’ils ont posé la question, parce qu’ils ont apporté du grain à moudre pour qu’on puisse assez facilement entrer dans la réflexion.

    Au finale, et pour en revenir à Arbobo.fr, l’approche présentée ici est tellement personnelle et subjective (sans que tu te pousses du col et que tu te vantes, loin de là, mais tu parle toujours des artistes en parlant de comment TU le ressens) qu’elle me donne plus envie qu’une analyse plus froide, ou plus distante, ou plus marketée. Idem chez Thom (j’ai cédé à Akron/Family et Dalek en me donnant pour objectif d’écouter tout le top 20 du CDB, avec des réussites et des grosses incompréhensions (Elvis perkins, m’ouais…)

    PS : l’intérêt de critiquer négativement des albums ? Euh… je ne sais faire que ça… ^^ Non, en vrai, tout le monde sait que sous mes critiques négatives on saura reconnaître les critiques positives des critiques négatives, c’est plus une posture qu’une véritable objectif. N’empêche que plusieurs personnes attendent ma chronique de Muse demain sur les oreilles en pointe, preuve en est qu’il y a davantage que de la prescription commerciale ou de l’antiprescription dans nos bilelts, maios une jouissance à nous jauger collectivement et à reconstruire au fil des blogs et des comms des communautés affinitaires, faites autant de “j’aime” que de “j’aime pas”.

  29. 29 arbobo on septembre 24, 2009 11:00

    ça c’est cool,
    vous avez complètement retourné la perspective,
    j’en sais maintenant beaucoup sur ce que vous attendez/aimez lire,
    ce qui vous accroche,

    l’échange sur nos pratiques de blogueurs m’intéressait (pour me rassurer, et par curiosité), là j’ai carrément une étude qualitative de lectorat ^^

    si avec ça je finis pas tête de gondolier sur M6.FR !

  30. 30 Thomas on septembre 24, 2009 18:40

    C’est fantastique parce qu’hier, dans la foulée, j’ai écrit un long article au second degré sur le sujet… et là je viens de voir que Christophe avait peu ou prou exprimé la même chose, mais super sérieusement. C’est bientôt le carnaval ou quoi ? :-D

Name

Email

Site web

Commenter

XHTML: Balises possibles: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


Subscribe

Tags

Archives

Par Date

Par categorie